Les élémenloups
    Bienvenue sur ce magnifique RPG !
    Venez incarner un loup vivant sur des terres séparées en plusieurs clans. Si vous possédez déjà un compte sur le forum, cliquez sur « Connexion ». Si vous souhaitez vous inscrire, cliquez sur « S'enregistrer ». Pour ne plus afficher ce pop-up, cliquez sur « Ne plus afficher ».
    Bon jeu !



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Il ne reste que toi [PV Gaor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shahantis
« . Membre d'or
avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués: 8 personnages
Personnages:
PROFILLocalisation : Sur le Territoire neutre en bonne compagnie. ^^
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, travail...

Messages : 2046
Age : 21
Date d'inscription : 30/12/2016

Points : 2812

MessageSujet: Il ne reste que toi [PV Gaor]   7/2/2018, 13:35

- RP Effectué à la forêt Talaiala -
- Intervention d'Akui -



Il ne reste que toi

En arrivant sur les terres de l’Eau l’angoisse de la femelle monta d’un cran. Elle était inquiète à l’idée que quelqu’un la chasse. Après tout, elle n'était de ce clan, et ne sais pas si elle en fera parti un jour… Et puis elle était soucieuse à l’idée de revoir Gaor. Oui elle l’aimait, oui elle voulait se blottir contre lui, oui elle voulait le soutenir, oui elle voulait le rendre heureux. Mais elle avait peur qu’il en ai trouvé une autre et ne l’aime pu… Elle était tendue à l’idée qu’il lui dise qu’il n’y a jamais rien eut entre eux, et qu’il n’y aura jamais rien… Elle se faisait du mouron aussi à l’idée qu’il lui soit arrivé malheur pendant son absence. Elle aurait dû rester pour veiller sur lui, peut être qu’ensembles ils auraient mieux réussi à ce remettre. Lester était mort, c’était du passé, la louve ne pleurait plus en pensant à lui. Elle avait une pointe de mélancolie en se souvenant du mâle. Mais elle s’était raccrochée à ce qui était encore là ! Elle avait retrouvé son cousin, Tanyxoth, et elle avait compris que sa vie de solitaire n’était qu’une erreur … Elle avait rencontré Verd, une loupiote adorable qui lui avait remonté le moral. Elle avait croisé Imryu, et elle avait pu échanger avec elle sur la difficulté des sentiments amoureux. Hadanalith se sentait mieux, mais le plus dur restait à affronter.

Elle en avait parcouru des kilomètres, elle était partie longtemps…. Elle avait regardé ce monde inconnu et vaste qu’elle n’avait pas pu voir avant longtemps. Oh merci les dieux de lui avoir rendu la vue. Merci Akui, de lui avoir laissé son pouvoir. Grâce à vous, elle ne s’est jamais sentie seule. Et durant son voyage elle a découvert que cet univers était plus beau qu’elle ne se l’était imaginé. Mais, et maintenant ? Maintenant elle devait retourner chez elle, et retrouver sa maison, si tant est qu’elle en a encore une. Elle avait tellement peur à l’idée que le loup la rejette. Les oreilles légèrement en arrière, elle commença à traversé la forêt qui entourait le camp avant de sentir une odeur bizarre. Elle plissa le museau et ouvrit ses ailes, inquiète à l’idée que quelqu’un ne l’attaque. Mais l’odeur était passée il y a quelques jours déjà, elle le sentait, et puis la nature venait de le lui dire. Elle se crispa alors en entendant que c’était Akui, qui était venu au clan de l’eau. La peur ne fit faire qu’un tour à son sang. Si le dieu était venu, si les loups de l’eau l’avait défié… Oh Gaor, pourvu qu’il aille bien !

La femelle se précipita au galop pour rentre au camp. Mais elle s’arrêta net à quelques mètres du grand lac. Figée comme si le temps s’était arrêté pour elle. La femelle se demanda si entrer était une bonne idée…. Elle recula d’un pas, puis d’un autre en secouant la tête. Non elle avait trop peur pour y aller. Elle avait trop peur de ce qu’on lui dirait, et de ce qu’elle verrait. Elle recula encore d’un pas, et de deux avant de s’asseoir dans la pelouse. Elle se mit à humer l’air, elle sentait l’odeur de Kaporal, celle acide de Nansaa, celle plus douce de Pyrrha, elle également l’odeur de louveteau qu’elle ne connaissait pas. Elle sentit également l’odeur de Gaor, et celle acre du sang, avec celle pourri de la mort. Elle plaqua ses oreilles sur son crâne, que c’était-il passé pendant son absence…

« Oh Gaor… pardon… J’ai tellement de choses à te dire… Mais j’ai tellement peur…. »


Assise dans l’herbe fraiche, la belle femelle baissa la tête, replia ses ailes, et ferma les yeux. Elle poussa un grand soupir. Elle n’entrera pas dans le camp de l’eau…. Pas avant d’avoir vu Gaor, pas avant de savoir si elle y était toujours la bienvenue ou non. Sa queue se rabattant contre ses pattes, elle finit par tendre les pattes avant pour être couchée. Posant sa tête sur ses pattes, sa longue chevelure tomba sur son doux visage alors que des larmes coulaient silencieusement sur ses joues. Pourquoi était-elle si faible ? Elle avait tellement honte d’elle…. Si Gaor la voyait comme cela il aurait honte aussi…

Codage par Libella sur Graphiorum



Dernière édition par Chey Yamishin le 9/2/2018, 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.wattpad.com/user/Triske1ion
liquid poulpi
« Eleveuse de poulpes
« Eleveuse de poulpes
avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués: 10
Personnages:
PROFILEmploi/loisirs : Etudiante Master 2 Audit

Messages : 2070
Age : 24
Date d'inscription : 23/05/2016

Points : 2794

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   9/2/2018, 11:21

GAOR


Le chef d'armée souffrait énormément, son oeil le brûlait atrocement, Lagh avait changé le pansement le matin même, il devait reconnaitre qu'avec un antérieur en moins, il en était incapable seul. Xia avait recousu sa paupière, pour éviter que plus tard, des poussières ne s'y infiltrent. Mais les fils tiraient sur la peau enflammée, rendant son calvaire pire encore. La douleur le rendait mauvais, et il avait faussé compagnie à sa fille adoptive pour éviter de lui dire quelque chose qu'il pourrait regretter. Marcher était une véritable torture pour lui, mais il se sentait étouffer dans le camp, il fallait qu'il sorte, qu'il sente l'humus chaud.

Il avançait lentement, chaque fois qu'il lançait son antérieur en avant, tout son poid portait sur l'épaule, provoquant des élancements. Il serrait les crocs. Les rares loups qui le saluaient n'obtenaient aucune réponse et devant son regard acéré par la concentration, ils s'éloignaient vite. Il lui fallut une heure pour atteindre le lac depuis sa tanière. Il lui faudrait affronter l'eau pour prendre les bulles, mais il n'avait pas la force de prendre le chemin de pierre. Il s'assit un moment au bord de l'eau pour reprendre son souffle. Son épaule lui cuisait, ses coussinets aussi. Comment avait fait Kaporal pour s'épargner ces douleurs? Buvait-il pour cette raison ? Il refusait de s'embrumer l'esprit, il y avait sûrement un autre moyen...

Il se leva, ses articulation craquèrent. Tout son corps devrait se réhabituer à sa nouvelle posture. Il avança dans l'eau, tremblant. Il s'énerva, il avait survécu à Akui! C'était pas une grosse flaque qui allait l'arrêter! Il se hissa dans une des bulles qui l'éleva vers la forêt. Arrivé au sol de la forêt, la bulle éclata et il se hissa sur la berge gelée. Ici, la neige n'avait pas tout recouvert, mais le givre faisait une fine couche brillante sur les branches des arbres. L'humus dégageait une agréable chaleur en se décomposant, soulageant légèrement la douleur dans ses coussinets.

Il leva la tête d'un coup, une odeur qu'il connaissait venait de lui atteindre la truffe. Hadanalith était ici. Il ne pouvait voir partout de son oeil valide, il dut donc tourner la tête et le corps difficilement pour l'apercevoir, couchée sur l'autre rive. Une vague d'une douleur tout autre remonta en lui. Il avait manqué de mourir pour cette louve, et à peine avait-elle été guérie qu'elle s'était empressée de fuir le camp. Elle l'avait abandonné alors qu'il était au plus mal. Si Kaporal n'avait pas été là sur la falaise ce jour là, il ne serait plus dans le monde des vivants. Un grondement sourd monta dans sa gorge.

__________________________
Mes personnages:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shahantis
« . Membre d'or
avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués: 8 personnages
Personnages:
PROFILLocalisation : Sur le Territoire neutre en bonne compagnie. ^^
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, travail...

Messages : 2046
Age : 21
Date d'inscription : 30/12/2016

Points : 2812

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   9/2/2018, 12:34


Il ne reste que toi

Couché sur un coin d’herbe épargnée par la neige, Hadanalith attendait encore, et toujours. Elle attendrait des années si il le fallait, ça ne la dérangerait pas. Elle souffla longuement, triste et mal dans l’âme. Maintenant qu’elle était là elle repensait à un tas de choses et s’en voulait à nouveau. Mais quelle cruche ! Elle s’en voulait d’être partie si longtemps, ça n’était pas une nouveauté, de toute façon de base elle ne pensait pas qu’elle irait aussi loin, ni qu’elle rencontrerait Verd, encore moins qu’elle se perdrait… Elle avait presque fait le tour d’EL… Elle avait encore du mal à réaliser. Ah la bas elle était partie pour se vider l’esprit, ne plus penser à Lester, et pouvoir se concentrer sur Gaor. Mais tout c’était bousculé dans sa tête dès qu’elle avait été loin du loup des cavernes. Et après tout était allé trop vite pour elle. Elle secoua la tête avant de sentir une odeur, une odeur qu’elle connaissait par cœur et qu’elle aimait de tout son cœur. Elle se redressa et le chercha du regard, avant de le voir…

Aussitôt elle baissa les oreilles, le museau, et ramena sa queue entre ses pattes. Sentant l’envie de pleurer lui monter… Etait-ce à cause d’elle, qu’il était dans cet état ? De toute façon que ça soit a cause d’elle ou non, elle s’en blâmait déjà. Elle renifla, rassembla vainement le courage qu’elle avait retrouvé. Elle sentait d’ici que Gaor était en colère contre elle, peut être même presque haineux… Mais elle devait au moins lui parler, c’était légitime pour elle de s’expliquer avec lui. Elle s’approcha timidement, ne sachant pas où se mettre, elle était heureuse de le revoir, de savoir qu’il était vivant, ça la rassurait vraiment. Elle agita les oreilles, timidement inclina le museau pour le saluer.

« Bonjour Gaor »


La petite voix de la femelle s’était timidement élevée dans la clairière qui les entourés. Personne n’aurait pu l’entendre à par Gaor qui était juste en face d’elle. Elle parlait d’une voix trop timide et trop basse pour être audible par plus d’individus. Mais bon il ne semblait y avoir personne d’autre ici, sinon quelqu’un l’aurait remarqué et l’aurait viré.

« Je… Je suis désolé de te voir dans cet état… Pardon, c’est de ma faute… Je… Je ne voulais pas partir… Je voulais juste être seule un moment et que tu le sois aussi pour te remettre un peu… Mais… Mais c’est allé trop vite et j’ai finis par me perdre parce que j’étais malheureuse et que je me sentais responsable de la mort de Lester et de tes blessures… Et… O Gaor Pardon… Je suis tellement désolée… Si tu savais comme je m’en veux, comme je regrette, et comme j’ai pensé à toi… »

La louve arrivait à lui dire ce qu’elle voulait, mais elle hoquetait dans sa peine, retenant ses larmes. Elle n’avait pas envie que Gaor la prenne en pitié, qu’il la gronde s’il le veut. Qu’il la chasse si cela peut le soulager. Elle respectera son choix. Elle l’aime, il n’y a que lui pour elle. Elle ne serait pas revenue ici si elle ne l’aimait pas ce point.

« Je t’aime toujours Gaor… Je t’aime encore… Je…. Je n’aurais pas osé revenir ici si je n’étais pas amoureuse de toi… Je sais que tu dois penser que je t’ai abandonné et j'en ai aussi la sensation, et je m’en blâme… Tu peux me cracher dessus, me renvoyer sur les terres solitaires et me dire de ne jamais revenir. Je respecterais ton choix… Mais, entend bien que je t’aime toujours ! Et que c’est parce que je t’aime que je suis là »


Elle avait essayé de s’exprimer au mieux. Mais elle ne savait pas comment s’y prendre parce qu’elle était submergée par ses émotions. Comme toujours d’ailleurs. Elle était très émotive, trop sans doute. Elle n’était rien d’autre qu’une empotée fragile et lourde que tout le monde devait protéger et qui causait des ennuis à ce qu’elle aime. Mais elle était revenue, elle avait eut le courage de revenir parce qu’elle aimait Gaor, ne pensait qu’à lui, et n’avait pas pu lutter contre son désir de le revoir. Maintenant, tout reposais sur le mâle et elle lui avait dit. Il pouvait la chasser, c’était son droit, il pouvait la blâmer, c’était légitime, il pouvait la gronder, c’était normal. En fait, il pouvait faire ce qu’il voulait. Mais elle avait réussi à retrouver un peu de force dans la voix sur ses dernières phrases. Elle était là pour lui ! Et pour personne d’autre ! Il fallait bien qu’il l’entendre, qu’il le comprenne ! Il n’en doute pas !

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
https://www.wattpad.com/user/Triske1ion
liquid poulpi
« Eleveuse de poulpes
« Eleveuse de poulpes
avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués: 10
Personnages:
PROFILEmploi/loisirs : Etudiante Master 2 Audit

Messages : 2070
Age : 24
Date d'inscription : 23/05/2016

Points : 2794

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   9/2/2018, 13:27

GAOR


Elle se leva et s'approcha timidement, oreilles en arrière, queue entre les pattes. Gaor ne bougea pas, il voulait s'éloigner d'elle, mais il avait mis toutes ses forces pour sortir du camp. De plus, il ne savait pas encore comment reculer avec sa nouvelle condition. Il gronda plus fort, il refusait qu'elle ne l'approche plus. Elle n'avait plus sa place à ses cotés, la douleur l'avait remplacée. Lagherta avait pris ce qui restait de son coeur et Akui avait achever de l'envelopper dans une gangue de glace. Cette louve n'était plus rien pour lui si ce n'était émotions négatives.

Bonjour Gaor

Elle avait murmuré. La fourrure du mâle était entièrement hérissé. Il ne voulait pas qu'elle l'approche, il refusait même de lui adresser la parole. Il avait déjà vécu cette conversation, il y avait des mois de cela, quand elle était revenue avec sa nouvelle apparence. Il lui avait dit qu'il voulait être avec elle, et elle était partie, se jugeant indigne de lui. Puis elle était revenue, dans le corps de cette louve ailée, il l'avait accepté une nouvelle fois près de lui, puis elle était repartie. Il l'avait suivie, et sauvé la vie face à cette bête, perdant presque la sienne, sauvée au dernier moment par Lester. Encore une fois, elle l'avait quitté. Non, cette fois son coeur était fermé, définitivement.

Je… Je suis désolé de te voir dans cet état… Pardon, c’est de ma faute… Je… Je ne voulais pas partir… Je voulais juste être seule un moment et que tu le sois aussi pour te remettre un peu… Mais… Mais c’est allé trop vite et j’ai finis par me perdre parce que j’étais malheureuse et que je me sentais responsable de la mort de Lester et de tes blessures… Et… O Gaor Pardon… Je suis tellement désolée… Si tu savais comme je m’en veux, comme je regrette, et comme j’ai pensé à toi…

Elle avait pensé à lui?! Ça lui faisait une belle jambe! Il s'était réveillé seul, sans elle, il avait perdu son ami, sa force, son estime de soi, et elle l'avait abandonnée. Oui lui aussi avait pensé à elle ces derniers temps, attisant sa colère. Ses crocs se découvrirent. Qu'elle tente de l'approcher encore... Elle n'avait plus rien à faire sur les terres du clan de l'eau. Plus rien près de lui, comment pouvait-elle oser se montrer face à lui et espérer qu'il lui pardonnerait.

Je t’aime toujours Gaor… Je t’aime encore… Je…. Je n’aurais pas osé revenir ici si je n’étais pas amoureuse de toi… Je sais que tu dois penser que je t’ai abandonné et je le pense aussi, et je m’en blâme… Tu peux me cracher dessus, me renvoyer sur les terres solitaires et me dire de ne jamais revenir. Je respecterais ton choix… Mais, entend bien que je t’aime toujours ! Et que c’est parce que je t’aime que je suis là

Cette fois il grogna vraiment. L'aimer?! Avait elle seulement conscience de ce qu'était l'amour? L'amour c'était se donner à l'autre sans condition, c'était être présent quand il n'allait pas bien. Qu'avait-elle montré de son amour si ce n'était des mots? Il cracha.

Tu n'as aucun droit de me parler d'amour. Repars d'où tu viens et ne m'approches plus jamais. La prochaine fois que tu pénétreras sur ce territoire, tu seras chassée.

Difficilement, il se tourna pour retourner dans l'eau prendre une bulle descendante. Il trébucha et se rattrapa inextremis, avec son oeil droit crevé, il n'avait pas vu le caillou responsable de sa chute. Il s'ébroua et se redressa. Il serra les crocs. Son épaule était de plus en plus douloureuse, il voulait rentrer et se coucher dans le fond de sa tanière. Il devrait faire plusieurs pauses sur le chemin.

__________________________
Mes personnages:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shahantis
« . Membre d'or
avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués: 8 personnages
Personnages:
PROFILLocalisation : Sur le Territoire neutre en bonne compagnie. ^^
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, travail...

Messages : 2046
Age : 21
Date d'inscription : 30/12/2016

Points : 2812

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   25/2/2018, 17:49


Il ne reste que toi

Hadanalith était tendue et toute triste, au bord de l’explosion émotionnel. Enfin, peut être qu’elle avait déjà explosée et qu’elle ne s’en rendait pas compte. Gaor s’énerva, éleva la voix et la rejeta. Elle s’en était doutée, elle n’aurait même pas dû rentrer. Quelle cruche elle avait été. Elle n’en pouvait plus de sa bêtise, elle était idiote, elle était nulle, elle ne servait à rien depuis le début de sa vie et ne servirait jamais. Elle finirait vieille fille stupide et battue par la vie. Elle aurait mieux fait de rester auprès de son cousin. Enfin non, le clan ne l’aurait même pas accepté après tout elle était une ancienne déserteuse. C’était juste une tare, une erreur de la nature. Elle secoua la tête et se recula, se retourna, et s’éloigna. Quand elle entendit Gaor tomber elle lui lança un regard doux et triste, elle aurait aimé allé l’aider, mais le mâle n’aurait pas supporté son intervention. Elle oublia alors cette pensée et s’en alla en courant, s’éloignant vers les territoires solitaires. Elle voulait retrouver sa harde qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Non elle voulait retrouver son petit coin de forêt et ne plus jamais en sortir. Mais au lieu de ça elle trébucha derrière une montée de terre et s’étala en contre bas après avoir poussé un couinement douloureux. Les yeux pleins de larmes elle hoquetait et tressautait dans sa peine. Elle n’avait pas envie de bouger, elle voulait rester là à dépérir comme une malheureuse idiote qu’elle était. De toute façon tout le reste était sans importance maintenant.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
https://www.wattpad.com/user/Triske1ion
Akui

avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués:
Personnages:
PROFILLocalisation : Derrière vous
Emploi/loisirs : Dieu à temps plein - Ancien compte d'Ultimate

Messages : 176
Date d'inscription : 10/03/2013

Points : 284

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   25/2/2018, 19:40

Akui avait encore en travers de la gorge l’impertinence dont les mortels du Clan de l’Eau avait fait preuve lors de sa visite mémorable. Il avait dû faire de lourdes révélations sur Kaporal et le condamner à une mort lente et douloureux en plus de devoir faire un exemple sur un soldat un peu trop obéissant. Tout ceci avait sans doute effrayé la plupart des mortels, mais ça ne servait pas vraiment son projet de réunir un culte autour de sa divine personne.
Akui était resté dans les alentours du camp car il savait que quelque chose se préparait. Il avait perçut l’avenir et savait que cette Hadanalith allait revenir pour voir le loup qu’il avait amputé d’un œil et d’un patte, Gaor. Cette louve avait reçu une seconde vie, de la part de sa chère mère, Rhéa. Elle avait eut cette chance inadmissible de revenir parmi les vivants alors qu’elle ne valait rien, n’avait rien fait qui puisse justifier la grâce de la Déesse mère. Elle ne méritait pas cette grâce divine, cette résurrection. Le Dieu blanc comptait bien rétablir la justice, c’était amusant de se dire qu’il faisait le boulot d’Éléonore.
Akui arriva peu avant Gaor, observant la scène et se délectant du tourbillon émotionnel qui s’y trouvait. Gaor haïssait profondément Hadanalith pour l’avoir abandonné quand il avait eu besoin d’elle. Cette dernière espérait vainement qu’il avait encore de l’attachement pour elle. Quelle ridicule, mais distrayante, histoire de mortels. Gaor s’en alla finalement après avoir renié la louve. Il chuta à cause de sa patte manquante, ce qui fit sourire le Dieu blanc d’un air mauvais. Il avait mérité cette punition pour avoir été à l’encontre de sa volonté divine et absolue.
Hadanalith s’enfuit alors, Akui se mettant à la suivre tranquillement. Il savait qu’elle n’irait pas loin. Dans sa course éperdue, causée par cette chose étrange que les mortels appelaient « amour », elle finirait par trébucher et se vautrer au sol avec une splendide disgrâce. Ce qui devait arriver arriva, le Dieu blanc entendant alors un couinement de douleur, précédé d’un fracas dû à la chute. Quelle misérable créature. Même pas une louve entière, une fusion des plus répugnante entre une proie et le loup qui était si noble.
Alors qu’Hadanalith était étendue de tout son long dans la terre, ayant visiblement trébuchée sur une butte de terre comme le Dieu des éléments l’avait prédit, il arriva dans son champ de vision d’un pas tranquille et secoua la tête lentement, les yeux clos. Akui les rouvrit ensuite pour s’adresser à la louve sur un ton doux où l’on percevait clairement la condescendance.

« Ho, pauvre petite chose. Tu as perdu ce qu’il te restait dans ce monde : ton cher Gaor. Il te haïe à présent, tu le sait ? Si il te revoyait, il serait capable de te tuer. Quel gâchis. Tu es vraiment un être des plus insignifiants, incapable même de protéger un jeune cerf égaré d’un prédateur. Incapable de garder tes proches. Incapable de les protéger. »

Akui soupira légèrement, visiblement désappointé.

« Comment ma chère mère a bien pu offrir une seconde vie à un individu aussi idiot et inutile que toi. Je vais régler la question dans la seconde... »

Le Dieu blanc afficha un sourire carnassier.

« … En te tuant, place tenante. Mais pas trop vite. »

La patte partiellement verte d’Akui se mit à luire et ses yeux prirent des reflets verts. Des piques de roche, très fins et très solides, jaillir de la terre et transpercèrent Hadanalith à de nombreux endroit. Mais rien qui puisse la tuer sur le coup. Il ne voulait pas juste la tuer, le Dieu blanc voulait qu’elle souffre un peu avant ça. Elle se sentait percée de toute part, du sang coulant légèrement le long des piques. La mortelle ne pouvait bouger, mais elle était encore capable de s’exprimer, si c’était son désir.
Akui s’approcha tout près d’Hadanalith et, mettant son museau face au sien, lui adressa sur un ton mauvais et impérieux.

« Qu’en penses-tu toi ? Insignifiante créature ? Pourquoi la déesse mère t’aurait-elle fait don d’une seconde existence ? »

Même si ça lui importait peu, autant le savoir. Peut-être qu’elle-même l’ignorait, ce qui était un comble et montrait bien que le don fait par Rhéa n’avait absolument servi à rien. Akui n’aimait pas sa famille divine, mais il avait un certain respect pour ses parents et voir une manifestation de leurs pouvoir gaspillé lui déplaisait fortement.
Revenir en haut Aller en bas
Shahantis
« . Membre d'or
avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués: 8 personnages
Personnages:
PROFILLocalisation : Sur le Territoire neutre en bonne compagnie. ^^
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, travail...

Messages : 2046
Age : 21
Date d'inscription : 30/12/2016

Points : 2812

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   3/4/2018, 15:29


Il ne reste que toi

Hadanalith écouta le dieu blanc des éléments et maître des pouvoirs des loups. Elle l’écouta les oreilles en arrière, ravalant sa peine et sa douleur. Si Akui pouvait lire sa peine, il n’était pas nécessaire de lui offrir d’avantage que ce spectacle tristement disgracieux. Finalement ses oreilles se glissèrent vers l’arrière alors qu’elle l’écoutait. Elle ne voulait pas mourir maintenant, mais elle savait que si le dieu le désirait alors elle ne pourrait y échapper. Mais en même temps l’idée n’était pas désagréable. Mais Hadanalith aimait la vie, et n’avait guère le désir de disparaître maintenant.

Comme elle l’avait prédit il commença par la torturé, il était connue pour cela, et l’image de Zal lui traversa l’esprit une seconde. Alors qu’elle recrachait un jet de sang, elle se mit à grogner ensuite. Chassant l’image du mâle qu’elle maudissait plus que le reste de cet univers morbide et froid qui ne voulait et n’avait jamais voulu d’elle. Sa queue tombante, elle gardait pourtant les oreilles en arrière en fixant le Dieu, elle ne le méprisait pas, mais ne l’appréciait pas non plus. Soit il lui avait offert un pouvoir qu’elle avait toujours eut avec elle et qui lui avait permit de vivre si longtemps. Mais il était détestable sur tous les autres points… Quand il approcha son museau elle ne put se retenir de tenter de le mordre avant de ricaner froidement et amèrement.

« A ton avis pourquoi la Déesse mère a-t-elle donné la vie à un dieu aussi méprisable et médiocre que toi ? Tu te dis dieu mais tu rassembles des loups comme si tu n’étais pas capable d’accomplir tes idéaux tout seul. Tu te dis dieu mais tu me poses une question parce que tu n’y as pas de réponse… »


Elle lui cracha à la figure avec toute l’arrogance et le dédain qu’elle gardait enfouie en elle. Son pelage se hérissa faiblement alors que son corps souffrait de mille souffrance et que parler lui faisait mal. Sa voix était d’ailleurs rauque et éreinté. Mais Akui lui donnait la chance de passer ses nerfs sur quelqu’un avait de passer l’arme à gauche, et elle n’allait pas uriner sur cette opportunité.

« Tu n’es qu’un amas de vices et d’erreurs, et tu ne créais que la guerre et le conflit sur ton passage. Ton existence même me fait vomir. Mais je vais faire un effort et te répondre… La déesse mère à une qualité que tu n’auras jamais, la compassion ! Et c’est parce qu’elle a compatie à la peine de la nature qu’elle m’a offert une seconde vie ! »

Hadanalith le défia du regard, la souffrance ne lui faisait pas peur, la mort non plus, ce qui lui faisait peur c’était ce qu’il y aurait après. Car elle ne voulait pas revivre une vie de souffrance et de désolation accompagnée de solitude dans un autre monde. Non, elle voulait vivre quelque chose d’heureux, ou tout simplement disparaître pour toujours. De toute façon, transpercé de la sorte, la femelle n’en aurait pour pas longtemps, elle le savait, son sang continuait de s’écouler, sa respiration se faisait de plus en plus difficile, elle ne pouvait déjà plus parlé. Mais elle avait au moins dit ce qu’elle voulait. Maintenant qu’elle avait grogné un coup, elle voulait dormir… Elle ferma d’ailleurs les paupières, décidant de chercher le sommeil en attendant la mort. Si ce n’était pas Akui qui la lui offrait, le fait qu’il la laisse la finirait par faire venir l’encapuchonnée qui l’emportera.

Codage par Libella sur Graphiorum


Pour moi Hadanalith ferme les yeux et s'apprête à mourir, ou est en train de s'éteindre. Ce poste est donc mon dernier avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.wattpad.com/user/Triske1ion
Akui

avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués:
Personnages:
PROFILLocalisation : Derrière vous
Emploi/loisirs : Dieu à temps plein - Ancien compte d'Ultimate

Messages : 176
Date d'inscription : 10/03/2013

Points : 284

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   5/4/2018, 00:07

Hadanalith n’eut d’autre choix qu’écouter les paroles d’Akui. Elle était sa prisonnière à présent et il avait quelques idées en tête de ce qu’il pourrait lui faire. L’hybride insignifiante tenta de le mordre quand il approcha, tentative vaine que le Dieu des éléments avait bien entendu senti. La mortelle se mit à rire froidement avant de se permettre de répondre.

« A ton avis pourquoi la Déesse mère a-t-elle donné la vie à un dieu aussi méprisable et médiocre que toi ? Tu te dis dieu mais tu rassembles des loups comme si tu n’étais pas capable d’accomplir tes idéaux tout seul. Tu te dis dieu mais tu me poses une question parce que tu n’y as pas de réponse… »

Akui sourit largement, quelle idiote elle était, prétendant en savoir plus qu’elle n’était capable d’imaginer. Sa chère mère avait sans doute eu pitié de cette victime de Zal, son acolyte, alors qu’elle avait tenté de préserver la vie d’une proie. C’était le plus probable et le plus plausible. La mortelle tenta de lui cracher au visage, sa salive entrant en ébullition et s’évaporant avant même de souiller la fourrure parfaite du Dieu blanc.
Il était plaisant de la voir tenter de parler, se faisant souffrir encore plus par sa propre initiative. La voix de la pitoyable créature, percée de piques d’obsidienne, était rauque alors qu’elle essayait de poursuivre tant bien que mal.

« Tu n’es qu’un amas de vices et d’erreurs, et tu ne créais que la guerre et le conflit sur ton passage. Ton existence même me fait vomir. Mais je vais faire un effort et te répondre… La déesse mère à une qualité que tu n’auras jamais, la compassion ! Et c’est parce qu’elle a compatie à la peine de la nature qu’elle m’a offert une seconde vie ! »

Akui éclata de rire. Elle était vraiment drôle si elle pensait le blesser. Il lui répondit quand même, bien que la mortelle ne semblait plus vouloir écouter. Elle était une témoin obligée de ses paroles.

« Tu m’amuses, mortelle. Tu penses pouvoir me blesser ? Me faire culpabiliser sur ma façon d’être et de vivre par tes petits mots ? »

Son ton était volontairement condescendant. Il poursuivit.

« J’apprécie être admiré autant que craint et haïs. Savoir que des loups me rejettent me permet de faire des exemples pour ceux qui doutent de vouloir me rejoindre. Je convainc les sceptiques en supprimant les fortes têtes. Mais toi… Toi tu va avoir un sort différent des autres. »

Le sourire d’Akui se fit des plus mauvais alors qu’il ajouta, lisant les pensées de la mortelle.

« Tu souhaites mourir ici ? Je ne te ferai pas ce plaisir. »

Les yeux d’Akui se mirent à luire d’une teinte bleutée alors que du cristal commençait à se former autour d’Hadanalith, une sphère de cristal, comprenant les piques d’obsidienne, se formant autour d’elle progressivement.

« Tu seras prisonnière d’une sphère de cristal à tout jamais. En stase, tu vivras éternellement, souffrant chaque jour de l’affront que tu m’as fait en me défiant et de la honte que tu es pour la nature que tu prétendais protéger. Tu n’as sauvé personne, Hadanalith. Mère doit être tellement déçue d’avoir donné de sa puissance divine pour te ramener à la vie. Tu auras tout le temps de méditer sur ça. »

Alors que le cristal avait recouvert le corps de la mortelle jusqu’au cou, Akui continua sa tirade.

« Tu as décidé de fermer les yeux pour ne plus voir, mais tu entendras toujours. Tu seras la plus belle décoration du Château du Crépuscule. »

Le Dieu des éléments referma alors la sphère, la mortelle complètement emprisonnée dedans. Elle pouvait toujours clairement entendre la voix du Dieu blanc qui poursuivait, alors que les piques d’obsidienne se cassaient en deux afin de conserver une partie à l’intérieur de la prison, transperçant le corps en stase pour l’éternité.

« Bienvenue dans ta nouvelle prison, j’espère que tu y passeras une très désagréable éternité. Incapable de bouger, incapable de parler, incapable de respirer, incapable de vivre, incapable de mourir. »

Akui fit s’élever légèrement la sphère qui faisait environ un mètre et demi de diamètre, englobant largement la mortelle ainsi que ses piques de roche noire. Il se dirigeait à présent vers le Château du Crépuscule. Il y créera une rune puissante qui maintiendra la sphère en lévitation près du plafond de la salle du trône. Ce sera comme une sorte de lustre. Une très belle décoration, de l’avis du Dieu des éléments, et qui resterait ici pendant des siècles avant que le sort commence à se fragiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



RPG
PROFIL

MessageSujet: Re: Il ne reste que toi [PV Gaor]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il ne reste que toi [PV Gaor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'avenir dira le reste.
» « L'homme est une prison où l'âme reste libre. » ~Victor Hugo~ [Pv~Alicia Von Ludvig]
» Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]
» Naranja Luz d'Alvarez ~ Je doute de ce que je sais, je me doute du reste.
» Bonnet de bain obligatoire. Ok, cachons le peu de dignité qu'il nous reste. [Evy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les élémenloups :: « Zone Hors-Jeu :: Terres de l'Eau :: Et l'histoire se termina-