Les élémenloups
    Bienvenue sur ce magnifique RPG !
    Venez incarner un loup vivant sur des terres séparées en plusieurs clans. Si vous possédez déjà un compte sur le forum, cliquez sur « Connexion ». Si vous souhaitez vous inscrire, cliquez sur « S'enregistrer ». Pour ne plus afficher ce pop-up, cliquez sur « Ne plus afficher ».
    Bon jeu !



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 ▶ Les fleurs d'Amiria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Licorneor
« Licorne d'Or Démoniaque
« Licorne d'Or Démoniaque
avatar

RPG
Feuille de personnage
Nb de personnages joués: 8
Personnages:
PROFILLocalisation : A Narnia
Emploi/loisirs : Dresseuse de personnages

Messages : 3845
Age : 22
Date d'inscription : 05/12/2012

Points : 3274

MessageSujet: ▶ Les fleurs d'Amiria   18/7/2017, 23:22

Les fleurs d'Amiria

Sacrés et détentrices de la vie

■ Ce récit relate ce qu'il en coute d'arracher ou tuer une fleur d'Amiria volontairement. Une chose est sûre, ces fleurs sont à présents bien gardées.
■ Histoire écrite par Licorneor.




La déesse Amiria trouva son rôle aux côtés de Rhéa. Cette dernière crée des êtres pour peupler ce pays, comme chacun le sait. Cependant, novice et ne contrôlant pas encore l'entièreté de ses pouvoirs, Rhéa oublia une chose essentielle dans son alchimie : la fertilité des femelles. Les années passèrent et Rhéa se voyait contrainte de toujours créer du sang neuf d'elle-même. C'est la déesse Amiria qui trouva l'échec de la déesse Mère. Confuse de son erreur, Rhéa ne sut que faire pour celles déjà créé qui souhaitaient devenir mère à leur tour. Elle essaya de remanier les louves afin de les rendre fertiles, seulement, elle n'y arriva pas. Visiblement, la déesse mère aussi avait ses limites et il semblerait qu'elle venait d'en trouver une. Elle ne pouvait tout simplement pas rendre ses filles fertiles. Dalnar lui supposa que les femelles ne pouvaient accomplir leur rôle, car cela reviendrait à transmettre un pouvoir issu de La Créatrice. Et donc, laisser un lien divin sur les générations futures qui pourraient potentiellement être des demi-dieux. Ou altérer leur statut de loups normaux du moins. Amiria lui proposa alors son aide pour rétablir la situation. Celle-ci travailla dur aux côtés de La Mère et du Créateur des terres afin d'invoquer ses propres pouvoirs et de les développer. Touchant à son but, Amiria réussit à s’octroyer une essence du pouvoir de Rhéa. Celui qui fut interdit aux mortels : la fertilité. Elle développa ce pouvoir et réussit finalement à corriger le tir. Elle dut travailler à la création des femelles aux côtés de Rhéa ou à leur correction jusqu'à ce que la fertilité soit inscrite dans la conception naturelle, et ainsi se transmettre de génération en génération. Depuis ce jour, la fertilité se transmet de la mère à la fille sans son intervention. Afin de compter son œuvre, Amiria matérialisa la fertilité de chaque femelle en des fleurs roses semblables à des lotus. Pour empêcher qu'elles soient mangées, les fleurs sont toxiques pour n'importe quel animal.
____________________________________________

Depuis bien longtemps, poussent tout au long de l'année et par n'importe quel climat une sorte de lotus rose spécial. Celles-ci sont la création de la déesse Amiria. Ces fleurs ne poussent qu'autour de sa statue. Vous n'en verrez nul part ailleurs. Ces fleurs restent en vie plusieurs années : elles ne meurent pas durant l'année comme la normale. Il paraîtrait que chacune de ces fleurs représente une louve. Si la fleur est fermée, cela signifie que la louve y étant affiliée n'a pas encore atteint sa maturité sexuelle ou qu'elle est stérile. Si la fleur est ouverte, cela signifie que la louve y étant affiliée a atteint sa maturité sexuelle et qu'elle est fertile. Quand une fleur naît, une louve vient de naître. Quand une fleur meurt, une louve vient de mourir. Arracher une fleur ou la faire mourir, conduirait à la stérilisation de la louve y étant affiliée. Si vous en abîmez une, le taux de fertilité de la louve affiliée baissera pour le reste de sa vie.

Cette rumeur est tout d'abord une histoire véridique racontée par Amiria elle-même. Cependant, avec les années qui se sont écoulées et la disparition des dieux, cette histoire se transforma en légende, en rumeur.

Bien des décennies après la disparition d'Amiria, trois jeunes loups du clan de la Terre cherchèrent à savoir si cette rumeur était véridique ou non. Alors, ils arrachèrent trois fleurs. Puis trois nouvelles chaque jour pendant une semaine. Pour prouver la véracité de cette histoire ou non, ils accomplirent cet acte en pleine période de chaleur. Au total, 21 fleurs furent arrachées. Au bout de deux jours, les trois mâles n'ayant pas eu d'échos particuliers durant la semaine, revinrent, décidés à recommencer pendant la semaine s’annonçant.

Ce jour-là, le temps fut à l'orage. Le ciel se voila de gris et le tonnerre gronda. Alors que l'un d'eux se pencha pour arracher une énième fleur, il fut frappé d'un éclair. L'éclair fut tellement violent qu'il paralysa momentanément les deux acolytes et grilla sur place la victime. Celle-ci tomba lourdement au sol, mort. Pris de peur et de panique, les deux autres s’enfuir. L'un d'eux se retourna dans sa course et vit la statue les fixer d'un regard mauvais et montrant les crocs, mimant un grognement en leur direction.

Le tonnerre gronda de plus en plus. Bientôt, un vent violent se leva, faisant pencher les arbres, en cassant même. Une pluie torrentielle s'abattit également. Élémenloup connut sa tempête la plus violente et dévastatrice durant ces 24 heures. Au matin, un étrange phénomène se déroula. Les femelles fertiles du clan de la Terre firent reculer de façon violente chaque mâle souhaitant s'accoupler, les blessant même parfois gravement. Leur attitude était étrange, chose encore plus étrange, les yeux de chacune étaient oranges. Leur attention fut bien vite attirée par les deux jeunes loups ayant échappé à l'éclair. Animées d'une haine commune, inépuisable et sortant de nulle part, elles prirent en chasse les deux individus. Les druidesses furent les dirigeantes de cette chasse aux loups et clamèrent justice envers Amiria et les femelles victimes. Elles devinrent de véritables bêtes sauvages, animées par le seul désir de les tuer. Les deux loups décidèrent de profiter de la particularité des plantes mouvantes pour les perdre et passer en territoire Air, sain et sauf. Les plantes mouvantes ralentirent les femelles, mais ne les arrêtèrent pas. Leur rage inconnue était trop grande pour être contenue par quoi que ce soit. Elles étaient déterminées à leur mettre la patte dessus. Les deux mâles réussirent à sortir des plantes mouvantes et sans réfléchir, ils se jetèrent dans le fleuve Hibiscus pour atteindre l'autre côté. Une fois de plus, les femelles de la Terre ne reculèrent pas et d'un accord commun, certaines d'entre elles se jetèrent à l'eau pour les poursuivre. Les mâles réussirent à atteindre la rive des Airs et continuèrent leur course effrénée. Finalement, ils réussirent à leur échapper. Seulement, les femelles Terres n’abandonnèrent pas leurs recherches en territoires de l'Air.

Croyant être exilés, les deux mâles se dirigèrent vers le campement de l'Air afin de leur demander asile et d'intégrer leur clan. Le lendemain, dans la prairie du monde, ils croisèrent plusieurs femelles de cette meute et les interpellèrent. Celles-ci se retournèrent. Seulement, leurs yeux étaient eux aussi orange. Elles furent animées de la même rage que les femelles Terres en les voyant. Une nouvelle poursuite s'engagea alors. Certaines se mirent à hurler, alertant les Terres rodant qui se joignirent à la chasse. Des autres hurlements suivirent. Cette fois-ci, des femelles du Feu et de l'Eau répondirent. Les deux mâles comprirent alors que les femelles des quatre clans voulaient leur peau.

Durant la chasse, l'un d'eux fut embroché par un pouvoir d'une louve de l'Eau et fut brûlé vif devant la statue de la déesse Éléonore avec pour spectateurs, les mâles du clan du Feu. Le dernier fut attrapé lui aussi. Il se fit battre à mort par plusieurs femelles des quatre clans. Une fois les trois mâles tués, les femelles leur arrachèrent les membres et la tête. Les religieuses des quatre clans circulèrent ensemble dans chaque campement, montrant les têtes des malfaiteurs aux mâles et en proclamant : Quiconque arrachera ou fera mourir une fleur d'Amiria, se verra offrir le même sort. Leur acte délibéré ont rendu stérile 21 louves. Une fois ce tour effectué, elles portèrent leurs têtes en trophées à la déesse Amiria. Celle-ci annihila leur fureur envers les mâles et tout reprit son cours.

Depuis cette histoire, les gardes du clan de la Terre ont aussi pour mission de protéger farouchement ce lieu de culte. Avec pour ordre que quiconque essaye d'arracher une fleur ou de l’abimer, se verra être capturé et puni. Aujourd'hui encore, par mesure de sécurité, les gardes effectuent ce rôle. L'histoire est racontée à chaque louveteaux et chaque nouvel arrivant sur ces terres. Personne ne souhaite vivre cette histoire et c'est pour cela que chaque loup du pays est au courant de cette vieille histoire.

Code par Mello sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
http://licorneor.deviantart.com/ En ligne
 

▶ Les fleurs d'Amiria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» Vin de fleurs de sureau
» Le langage des fleurs... Petit test...
» Lui dire avec des fleurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les élémenloups :: « .Règles et Encyclopédie :: • L'Encyclopédie d'Élémenloups :: Histoires, mythes et légendes de ce monde-